Notre conception de notre métier est la recherche permanente de l'adéquation avec le besoin des paroisses.
Aujourd'hui, près de 400 paroisses nous ont honorés de leur confiance.



Quelques idées simples nous guident dans nos études et nos réalisations :

Une célébration n'est pas un concert de variétés

Une intelligibilité optimale, une sonorité sans artifices, un niveau sonore confortable, sont l'essentiel du cahier des charges.

Un sacristain n'est pas (forcément) un ingénieur du son

Brancher les microphones, activer un interrupteur général, sont les seules tâches à accomplir au début d'une célébration. Les bénévoles - et a fortiori les célébrants - ont d'autres préoccupations que le fonctionnement de la sonorisation.

Un lecteur n'est pas (forcément) un tribun confirmé

De la petite fille timide au chanteur d'opéra, du professeur à la personne âgée, chacun doit être en mesure de se faire entendre sans intervention à la régie.

Une assemblée est à géométrie variable

Le message doit passer aussi bien au cours d'une assemblée dominicale restreinte qu'à la messe de Noël.

La sonorisation idéale est celle que l'on oublie

La célébration est principale. La sonorisation doit l'accompagner. Un son de qualité médiocre, ou pire, ostentatoire, gêne le recueillement.